Rick Carlisle et Dirk Nowitzki ont eu un discussion sur son rôle, qu’il accepte malgré son statut de légende

À bientôt 41 ans, c’est un euphémisme de dire que Dirk Nowitzki n’est plus tout jeune. Logiquement donc, comme chaque vieux joueur, peu importe si c’est une légende ou non, son temps de jeu et son rôle se réduisent. Cette saison par exemple, l’Allemand ne joue en sortie de banc que 10 petites minutes par match en moyenne, pour 3,6 points et 1,8 rebond. justement vendredi Rick Carlisle et la légende ont eu une discussion sur son utilisation. Il pourrait être utilisé parfois que lors d’une mi-temps ou ne pas jouer du tout. Situation peu commune pour un tel joueur, qui ne passerait pas forcément avec d’autres stars mais l’humilité de l’Allemand et sa relation avec Carlisle l’ont rendue possible.
« Nous en avons parlé et géré ça comme malgré statut légende des adultes. On garde une communication ouverte, il n’y a pas de rancœur ou autre. On y va au jour le jour, on regarde comment les matchs se passent. Il peut y avoir des matchs où je vais plus jouer, d’autres moins…  » Dirk Nowitzki.
« Il a le même but que nous tous. Il veut aider l’équipe et gagner. Quand il remontait la pente pour revenir sur les terrains après sa blessure en début de saison, on parlait de ce qui était le mieux pour l’équipe et pour lui. Nous n’avons pas arrêté depuis. » Rick Carlisle.
Le challenge, c’est aussi qu’à 41 ans, ses qualités athlétiques, qui n’ont déjà jamais été époustouflantes, ont complètement disparu. Logiquement, certains freaks qu’il croise dans les raquettes aujourd’hui lui donnent beaucoup de mal et son coach pourrait donc ne pas l’aligner à chaque rencontre.
« Il fait des progrès. Je vois qu’il s’améliore de jour en jour. Il a une meilleure condition physique, un meilleur rythme. Mais il y a des rencontres où le match-up peut être très très compliqué. Il ne jouera peut-être pas certains matchs parce que le match-up ne lui ira pas. Parfois, il jouera en première mi-temps mais pas en seconde parce que le contexte ne sera pas favorable. Pour les 41 derniers matchs, on va continuer à le faire monter en température, mais si il y a des situations qui ne lui vont pas, où sa présence sur le terrain va handicaper l’équipe, alors il ne jouera pas. C’est le mieux pour tout le monde. » Rick Carlisle.
Il faut dire qu’il a dû faire une très très longue rééducation et a en plus connu une rechute juste avant le début de saison, qui l’a coupé dans son élan.
« Je n’ai jamais vu un athlète bosser aussi dur que lui lors des sept derniers mois pour revenir. J’ai regardé sa séance de musculation il y a deux jours et j’étais ébahi de voir ce qu’il était capable de faire. Il faisait des cloche-pieds sur toute la longueur du terrain et il avait un regard déterminé qui serait compliqué à décrire. Il reste concentré, optimiste comme moi. Vous avez un mec qui est Top 10, 12 dans l’histoire qui est éloigné des parquets pendant sept mois et qui revient en sortant du banc et ce pour la première depuis 20 ans. Je ne sais pas s’il y a eu un plus gros challenge pour un joueur de ce calibre. » Rick Carlisle.
 
Via Sports Day.
[Interview] Vince Carter : « Ce feeling il n’y a peut-être rien de comparable »


Thursday January 01, 1970

About the author