Tobias Harris : « Avoir un des meilleurs marqueurs de l’histoire NBA qui me chuchotait à l’oreille m’a beaucoup aidé »

Les Clippers ont un roster assez original. Ils disposent de nombreux joueurs de talent (Avery Bradley, Pat Beverley, Danilo Gallinari) mais d’aucun franchise player capable de porter l’équipe vers les sommets. S’ils espèrent accrocher les playoffs, un des joueurs de l’effectif devra hausser son niveau de jeu et assumer son rôle. Et si le sauveur des Clippers s’appelait Tobias Harris ?
L’ailier a déjà réussi une belle saison dernière (18,6 points, 5,5 rebonds et 2,4 passes décisives) et il entre dans sa dernière année de contrat. Il aura donc à cœur de prouver qu’il mérite un nouveau gros deal. En tout cas, le joueur de 26 ans a le talent pour faire peur aux défenses NBA. Le Hall of Famer George Gervin s’en est aperçu très tôt, lorsqu’il a invité le père de Tobias, alors âgé de 10 ans, à venir jouer au basket avec lui.
« Il aimait le basket, il adorait juste jouer au basket. À mes yeux, malgré son jeune âge, il jouait de la bonne façon. Il était talentueux et pouvait tirer de loin. Il a montré qu’il avait de la passion pour ce sport quand il était très jeune. » George Gervin.
L’ancien joueur des Spurs a ensuite pris le bambin sous son aile pour lui apprendre le plus de choses possible.
« Avoir un des meilleurs scoreurs de l’histoire de la NBA qui me chuchotait à l’oreille m’a beaucoup aidé. J’ai pu m’améliorer grâce à ça. » Tobias Harris.
Encore aujourd’hui, Gervin (66 ans) donne régulièrement des conseils au joueur des Clippers.
« Des fois, je me contente de l’appeler. Je ne suis pas du genre à harceler. Je sais qu’il me respecte suffisamment pour que, quand je l’appelle et que je lui dit « Tu devrais probablement faire ça ou ça », il m’écoute. Vu où il en est dans son jeu actuellement, c’est surtout une question de mental. Je l’appelle pour le rassurer, je suis un peu son coach. Il comprend déjà le jeu, c’est un bon élève sur ce point. » George Gervin.
Iceman est persuadé que son poulain va sortir une très grosse saison pour une raison toute simple : il a enfin un coach qui le comprend.
« J’ai le sentiment qu’au début de sa carrière, il n’était pas sous les ordres de coachs qui parvenaient à tirer avantage de ses qualités. Doc Rivers (le coach des Clippers ndlr) est un ancien joueur de basket et je crois qu’il voit des choses en lui et qu’il peut continuer à lui apporter des choses sur l’aspect mental pour qu’il soit encore meilleur. » George Gervin.
L’avantage avec Tobias Harris, c’est qu’il progresse avec une belle régularité depuis son arrivée en NBA. Son adresse à trois points, par exemple, est passée de 27% lors de sa première saison à 41% sur l’ensemble de l’exercice 2017/2018.
« Je fais beaucoup de répétitions. J’ai beaucoup travaillé là-dessus l’été dernier. Maintenant, je suis vraiment à l’aise pour les prendre. Je pense que le plus important pour moi au début de la saison dernière, c’était d’être capable de prendre un plus grand volume de trois points. Il fallait que je puisse tirer quatre, cinq voire six tirs de loin pendant un match. Une fois que c’était fait, la confiance est venue et j’ai continué à le faire. » Tobias Harris.
S’il parvient à faire une grosse saison et pourquoi pas à emmener les Clippers en playoffs, c’est le jackpot qui l’attend en juillet prochain.
Via The Athletic.


Thursday January 01, 1970

About the author