Jabari Parker pas très chaud pour sortir du banc : « Ça serait un ajustement énorme pour moi »

Signé par les Bulls cet été pour deux ans et 40 millions de dollars (la deuxième année est une option d’équipe), Jabari Parker n’a pas réussi une belle pré-saison avec seulement 9,2 points (27% aux tirs et 20% à trois points), 7,2 rebonds, 2,8 passes décisives en 24 minutes de jeu et une défense catastrophique. Le coach des Bulls Freid Hoiberg a donc décidé de placer le deuxième choix de la draft 2014 sur le banc.
Retrouvez ici notre interview d’Elie Okobo sur ses premiers pas en NBA
Et ça ne lui a pas trop plu… Dans un premier temps, mercredi, le joueur a refusé de répondre aux journalistes. Jeudi, avant l’entraînement, on lui a demandé si il était prêt, après ses deux blessures aux genoux, à prendre n’importe quel rôle au sein d’une équipe. Et sa réponse a été plutôt laconique.
« Hum, sans commentaire. » Jabari Parker.
Le joueur de 23 ans a fini par être plus loquace.
« Ça serait un ajustement énorme pour moi de me retrouver sur le banc. Mais il faut que je m’adapte. J’essaie de ne pas me laisser déborder par mes émotions. Je sais qu’il y a une théorie derrière tout ce que font les coachs. J’essaie de faire de mon mieux. » Jabari Parker.
Au final, ça ne serait pas la première fois que Parker sortirait du banc puisqu’il a commencé 28 des 31 rencontres qu’il a disputées la saison dernière en tant que remplaçant pour mieux se remettre de sa dernière blessure au genou. Lors de la dernière rencontre, une victoire contre les Pacers, Parker est donc sorti du banc, remplaçant Bobby Portis au poste 4. En 26 minutes, il a marqué 11 points, pris 6 rebonds, distribué 2 passes décisives et séduit son coach.
« J’ai aimé notre énergie dès le début du match, j’ai aussi aimé la façon dont les titulaires ont joué. On a réussi un bon début de rencontre avec les titulaires, on avait une très bonne mentalité défensive et ça s’est traduit par une bonne attaque. En mettant Jabari dans la second unit, et je lui en ai parlé, on l’utilise plus dans un rôle de facilitateur et on lui met la balle dans les mains. Il mène le jeu du poste 4. J’ai vraiment aimé ce que ça a donné. On va continuer à tester ça. Je voulais un peu changer les choses, et j’ai aimé la manière dont nous avons joué pendant 48 minutes. J’ai pensé que les gars avaient une super énergie. Nous les avons utilisé dans différents rôles et mis Jabari dans celui de facilitateur. Il a bien lu le jeu, j’ai trouvé qu’il avait fait un très bon boulot en faisant des actions simples, surtout en première mi-temps. Il a été agressif, a voulu marquer des points et a fait des passes très altruistes. Je m’en fiche de qui commence le match. Ce qui est important, c’est de le terminer. C’est aussi ce qu’on regarde avec ces combinaisons sur le terrain.  » Fred Hoiberg.
Le coach des Bulls a apprécie en fait particulièrement le profil de Bobby Portis dans le cinq de départ.
« Bobby a été génial, il a très bien joué et avec une grosse débauche d’énergie. Il a joué comme à son habitude et a posé de bonnes statistiques. Le plus important au début du match, c’est l’énergie. Si vous faites une erreur, il faut réagir avec de l’énergie. Si vous perdez la balle par exemple, il faut vite revenir en défense. » Fred Hoiberg.
Une manière de dire que Parker ne se bouge pas assez ? En tout cas, après quatre saisons compliquées et gâchées par des blessures, le natif de Chicago n’a pas intérêt à se rater cette année.
Via Chicago Tribune

About the author