Assaisonnement : les 11 techniques pour cuisiner comme un pro

Bien cuisiner ne s’improvise pas. Il s’agit d’un mélange de cuissons réussies, d’associations d’aliments bien trouvées et bien sûr d’assaisonnements maîtrisés. Pour le dernier point, on peut expliquer son importance très simplement : si vous assaisonnez trop peu, le plat sera insipide et si en revanche vous en mettez trop, cela prendra le pas sur le reste.. au risque de gâcher le plat ! Bien sûr, la quantité de sel ou de poivre idéale dépend des préférences de chacun, mais quelques notions sur le sujet vous permettront d’améliorer vos talents de cuisinier et d’éviter… les fautes de goût !
1) Plus ou moins d’assaisonnement suivant les types de plat
Crédits : Pixabay/Pastel1000
Les aliments chauds sont souvent bien plus savoureux que les aliments froids et c’est la raison pour laquelle il peut être malin de compenser en misant sur un bon assaisonnement des plats froids. On oublie souvent cette bonne vieille salade qui mérite une belle vinaigrette agrémentée d’une pincée de sel et quelques herbes bien choisies pour en faire ressortir les saveurs !
2) Soyez incollable sur le sel
Crédits : Pixabay/Onefox
Il existe différents types de sel et il ne s’agit pas d’une simple fantaisie ! Chacun possède des qualités qui lui sont propres comme la rapidité de dissolution pour la fleur de sel par exemple qui en fait un excellent assaisonnement facile pour tous les plats avec lequel on peut moins se tromper. Le sel de table, bien plus fin, est quant à lui très pratique pour rectifier l’assaisonnement à la dernière minute à table, car il en faut peu pour corriger un manque. En revanche on peut vite en mettre trop et gâcher un plat lorsque l’on cuisine avec… d’où l’importance de goûter ! Enfin le gros sel n’est pas génial en cuisson (il a du mal à se dissoudre), mais il peut faire une délicieuse touche finale.
3) Poivre moulu ou concassé ?
Crédits : iStock
Un mauvais choix peut donner un goût piquant à vos plats ! Pour une touche finale ou la plupart des usages culinaires, préférez donc le poivre concassé grossièrement qui donne beaucoup de saveur sans arracher la bouche. De son côté, le poivre moulu est souvent plus fort en goût et il en faut peu, c’est donc l’ajout parfait pour une sauce (en plus, il préserve la texture lisse de cette dernière).
4) Assaisonnez avec un geste de chef !
Capture vidéo de la chaîne YouTube Bruh Studios – Crédits : @nusr_et
Si vous êtes adepte des memes sur l’Internet, vous n’êtes sans doute pas passé à côté de “Salt Bae”, un chef turc théâtral qui a fait sensation avec les vidéos le montrant parsemer du sel sur la viande depuis le dessus avec beaucoup de style ! Cet homme a tout bon : en assaisonnant de plus haut, vous vous assurez de couvrir plus uniformément le plat pour une répartition parfaite du goût.
5) N’ajoutez pas les herbes n’importe quand et n’importe comment.
Crédits : Flickr/wickenden
Les herbes sèches doivent être utilisées dans la cuisson en veillant tout de même à ne pas les faire brûler. Pourquoi ? Tout simplement, car le fait qu’elles soient sèches leur donne moins de goût que les herbes fraîches. En fait, on peut dire qu’elles “reprennent vie” pendant la cuisson et ont plus le temps d’infuser. Au contraire, les herbes fraîches ont énormément de goût et ne devraient pas être trop cuites pour ne pas perdre en saveur. Ajoutez-les plutôt en fin de cuisson ou en touche finale.
6) Ne vous débarrassez pas de votre moulin à café, il peut encore servir !
Crédits : sabinevanerp / Pixabay
Le moulin à café ou le mortier peuvent être utilisés pour moudre des épices entières telles que le clou de girofle et leur donner une saveur plus prononcée. Pour le nettoyer et retirer le goût d’épices, vous pourrez ensuite moudre un peu de riz cru.
L’article Assaisonnement : les 11 techniques pour cuisiner comme un pro est apparu en premier sur Astuces de grand mère.

About the author